Palalda

Le deuxième Centre d’interprétation installé dans le château du 13 ème siècle de PALALDA – AMELIE les BAINS a été inauguré le 5 Juin 2009.

C R Mackintosh et son épouse sont arrivés en France en 1923 à AMELIE-LES-BAINS afin de soigner Margaret qui souffrait d’asthme. Le couple a alors découvert le Roussillon en voyageant par le train.

Une première vidéo retrace la vie de C R Mackintosh, principalement durant ses études à l’Ecole des Beaux-Arts de Glasgow, sa rencontre avec les sœurs Mac Donald dont Margaret qui allait devenir son épouse. C R Mackintosh dessina également du mobilier, de la vaisselle principalement pour les Willow Tea Rooms ; en 1900 il participa à une exposition à Vienne et obtint une reconnaissance internationale.

Vous découvrirez des maquettes de bâtiments, certains construits d’autres restés en l’état. Sa principale œuvre : un nouveau bâtiment pour l’Ecole des Arts de GLASGOW avec son principal chef d’œuvre : la bibliothèque (hélas détruite lors de 2 récents incendies).

Il créa également des motifs sur tissu avec la créativité  qu’on lui connait et qui ont été repris  par les élèves de l’Ecole des Arts pour l’exposition de Glasgow en 2004. Certains sont présentés dans ce centre.

A partir de l’année 1913, les commandes de bâtiment se tarissant, il commença à peindre des fleurs en Angleterre et il continua en arrivant à AMELIE- les- BAINS. Témoin, le célèbre tableau : « Mimosa » dont la copie est installée sur la façade de l’ancien hôtel du Midi où il séjourna.

La visite de ce Centre se termine par Collioure qu’il découvre pendant l’hiver 1923-1924, et c’est à cette période qu’il commence une série de près de 40 aquarelles qui deviendront célèbres dans le monde entier.

Pour connaître les jours et horaires d’ouverture des 3 centres d’interprétation, il suffit de cliquer sur le lien suivant :

Palalda Le bourg et le château-musée

Le bourg de Palalda fait aujourd’hui (et ce depuis 1942) partie de la commune d’Amélie-les-Bains-Palalda et est situé à 2 kilomètres de la station thermale.
Ce pittoresque village perché sur les hauteurs de la rive gauche du Tech abrite en son sommet les vestiges d’un ancien château médiéval qui a été transformé en musée.
Le village construit tout en hauteur a encore de nos jours une certaine allure médiévale, avec ses maisons anciennes, ses charmantes ruelles, ses nombreux escaliers et placettes. A chaque détour on découvre de beaux points de vue sur la vallée du Tech.
Charles Rennie Mackintosh séjourna à Palalda durant l’hiver 1923/1924.
Le nom du village de Palalda apparaît dans l’histoire au IXème siècle sous le terme villa Paladdanum dans un précepte de Louis le Pieux daté de 833 et délimitant son territoire. L’étymologie du nom proviendrait du terme Palatium Dani (« le palais de Dan »).
Un château était donc édifié sur le site ainsi qu’une église, mentionnée pour la première fois en 967, et qui connaitra plusieurs modifications successives. Entre 1254 et 1260, le premier seigneur connu de Palalda, Guillaume-Hugues de Serralongue, seigneur de Cabrenç, fit remplacer les fortifications du château par deux imposantes tours à signaux toujours visibles de nos jours au cœur du village.
Le musée a été aménagé dans les vestiges du château, et est situé en bordure d’une charmante placette qui donne sur le parvis de l’église romane Saint Martin.
Ce musée comporte 4 secteurs d’exposition
· La partie musée de la poste fait découvrir l’histoire de la poste et des communications.
Il nous entraîne des origines de la communication avec les tours à signaux (télégraphe de Chappe) à la communication moderne avec le téléphone ; des origines du système postal (le Cursus Publicus) au service actuel en passant par le timbre-poste instauré par Etienne Arago.
On y découvre également la reconstitution d’un bureau de poste du 19ème siècle, un documentaire photo sur la fabrication d’un timbre-poste et quelques 300 pièces uniques représentatives de l’activité postale passée et présente.
· Le Musée des Arts et Traditions populaires propose de découvrir ou redécouvrir les métiers et traditions d’autrefois étroitement lie au pays catalan (fabrication de la Vigatane catalane, les tissages catalans, l’apiculture, la vannerie, le travail du sabotier ou du tailleur de pierre).
· L’espace Grenat est une exposition permanente de grenats d’origine locale et de grenats issus des quatre coins du monde récoltées et sélectionnées durant près de trente-cinq ans par le géologue Jean-Christian Goujou.

· Et bien sûr un des trois centres d’interprétation CRM Mackintosh en Roussillon.

Palalda le bourg et le château-musée

Le bourg de Palalda fait aujourd’hui (et ce depuis 1942) partie de la commune d’Amélie-les-Bains-Palalda et est situé à 2 kilomètres de la station thermale.
Ce pittoresque village perché sur les hauteurs de la rive gauche du Tech abrite en son sommet les vestiges d’un ancien château médiéval qui a été transformé en musée.
Le village construit tout en hauteur a encore de nos jours une certaine allure médiévale, avec ses maisons anciennes, ses charmantes ruelles, ses nombreux escaliers et placettes. A chaque détour on découvre de beaux points de vue sur la vallée du Tech.
Charles Rennie Mackintosh séjourna à AMELIE les BAINS durant l’hiver 1923/1924.
Le nom du village de Palalda apparaît dans l’histoire au IXème siècle sous le terme villa Paladdanum dans un précepte de Louis le Pieux daté de 833 et délimitant son territoire. L’étymologie du nom proviendrait du terme Palatium Dani (« le palais de Dan »).
Un château était donc édifié sur le site ainsi qu’une église, mentionnée pour la première fois en 967, et qui connaitra plusieurs modifications successives. Entre 1254 et 1260, le premier seigneur connu de Palalda, Guillaume-Hugues de Serralongue, seigneur de Cabrenç, fit remplacer les fortifications du château par deux imposantes tours à signaux toujours visibles de nos jours au cœur du village.
Le musée a été aménagé dans les vestiges du château, et est situé en bordure d’une charmante placette qui donne sur le parvis de l’église romane Saint Martin.
Ce musée comporte 4 secteurs d’exposition
· La partie musée de la poste fait découvrir l’histoire de la poste et des communications.
Il nous entraîne des origines de la communication avec les tours à signaux (télégraphe de Chappe) à la communication moderne avec le téléphone ; des origines du système postal (le Cursus Publicus) au service actuel en passant par le timbre-poste instauré par Etienne Arago.
On y découvre également la reconstitution d’un bureau de poste du 19ème siècle, un documentaire photo sur la fabrication d’un timbre-poste et quelques 300 pièces uniques représentatives de l’activité postale passée et présente.
· Le Musée des Arts et Traditions populaires propose de découvrir ou redécouvrir les métiers et traditions d’autrefois étroitement étroitement liés au pays catalan (fabrication de la Vigatane catalane, les tissages catalans, l’apiculture, la vannerie, le travail du sabotier ou du tailleur de pierre).
· L’espace Grenat est une exposition permanente de grenats d’origine locale et de grenats issus des quatre coins du monde récoltés et sélectionnés durant près de trente-cinq ans par le géologue Jean-Christian Goujou.

· Et bien sûr un des trois centres d’interprétation CRM Mackintosh en Roussillon.

Les tours et le clocher de l'église