Aquarelle 16

A Southern Town

1924

32.3 x 37.5 cm

The Hunterian, University of Glasgow

Cette aquarelle existait  bien sur le chemin de Mackintosh, mais la chaise lui servant de support,  a malheureusement  disparu.

Les MACKINTOSH  avaient entendu dire par  des proches amis Rufolf  Ihlee et Edgar Hereford résidant à COLLIOURE   que la vie y était peu chère. Mackintosh a eu l’idée de commencer  à  peindre les paysages et particulièrement  les villages qu’il  découvrait au cours de son périple  en Roussillon. C’est probablement au début de l’été 1924 que le couple  a fait le choix  de s’y installer pour un court séjour.

La perspective

Nous nous trouvons à l’intersection de l’avenue du Général De Gaulle et de la rue de la Démocratie où se situe la petite place Jean Jaurès. La peinture a certainement été réalisée en face et en léger surplomb  sur le glacis du château Royal en  regardant vers le Sud, Sud-Ouest  en direction d’un groupe de maisons et de la place Jean Jaurès.

Le tableau représente des maisons typiques de Collioure de deux ou trois étages, étroites, accolées les unes aux autres, aux toits de tuiles rouges et aux balcons en fer forgé. Elles sont dominées en arrière-plan par des collines cultivées. On peut actuellement  reconnaître encore  certaines de ces maisons.

Analyse picturale

  1. « Cette vue montre la place Jean Jaurès et la rue de la Démocratie à gauche. La lumière de fin d’après-midi crée des ombres longues sur les façades, soulignant la ligne de toit angulaire et les pignons des bâtiments, un thème que Mackintosh a également exploré dans la section de droite de « Collioure ». En revanche, le premier plan et l’arrière-plan du paysage sont traités succinctement/dans leurs grandes lignes. Mackintosh donne ici un rare aperçu de l’activité humaine grâce aux personnages rassemblés autour des tables dans la rue devant le café du coin. » Traduit de l’anglais avec l’aimable autorisation de l’auteure : Professor Pamela Robertson – Université de Glasgow – traduction S.Plas
  2. Cette vue plongeante sur le quartier du faubourg de Collioure tient sa saveur quasi abstraite de l’étude très élaborée des ombres et lumières sur l’ensemble architectural que nous propose Mackintosh.

L’absence de ciel et le vide du premier plan donnent plus de puissance à la répartition géométrique des surfaces claires.

Le graphisme généré par les cultures en terrasses s’intègre parfaitement à cet ensemble dominé par des couleurs froides que Mackintosh fait contraster avec les rouges et oranges des toits et une zone ocre sur une des façades. On notera la présence de personnes attablées au café.

Partager :

WordPress:

J'aime chargement…
%d blogueurs aiment cette page :