Les Mackintosh et Emile Otto Hoppé

Les Mackintosh et Emile Otto Hoppé

  Introduction

Charles Rennie Mackintosh by James Graig Annan 1893

Celles et ceux d’entre vous qui ont visité le centre d’interprétation de Port-Vendres auront remarqué plusieurs portraits de Charles Rennie Mackintosh : le portrait iconique de notre artiste alors jeune et fringant, pris en 1893 par Annan et puis, celui d’un monsieur trapu aux cheveux blanc qui ne ressemble guère au premier. C’est pourtant ce monsieur-là que les port-vendrais auront rencontré marchant sur les quais de Port-Vendres, son matériel de peinture sous le bras ou dînant à la table de l’Hôtel du Commerce où il résidait. Celui-là avait été photographié par E. O Hoppé quelques années auparavant. 

Charles Rennie Mackintosh by Emile Otto Hoppe 1922

Et c’est de la relation entre les deux hommes et de sa vision du peintre à l’époque où cette photo a été réalisée que Cathy Bell notre collaboratrice et amie de l’association souhaite nous entretenir ici.

Emile Otto Hoppe autoportrait

Les portraits pris par un photographe expert et talentueux peuvent parler au spectateur de la même manière qu’un portrait peint par un maître.

Emile Otto Hoppé (1878-1972) était un tel maître de l’appareil photo qu’il fut un temps le photographe vivant le plus célèbre du monde.

Nombre de ses modèles étaient également célèbres, notamment des hommes politiques, des artistes, des écrivains, des scientifiques, des danseurs et des membres de la famille royale.

Son appareil photo a capturé en noir et blanc des personnages tels que Rudyard Kipling, Albert Einstein, Benito Mussolini, Aldous Huxley, Anna Pavlova et Jacob Epstein, pour n’en citer que quelques-uns.

Dans un livre écrit par Hoppé lui-même (publié pour la première fois en 1945), il explique son attitude vis-à-vis du monde des affaires. Fils d’un riche banquier allemand, il connaissait bien celui de la finance et a même travaillé comme banquier avant de devenir photographe professionnel. Dans son livre, Hoppé explique : « Je suis reconnaissant à mes parents de m’avoir donné une solide formation commerciale ». Il se souvient ensuite d’un jeune homme qui lui demandait conseil pour devenir photographe et lui parlait longuement d’art et de technique. Hoppé l’a écouté, puis a répondu : « Mais connaissez-vous quelque chose à la comptabilité ? »

Cette facette du caractère de Hoppé est éclairante et explique en partie pourquoi, en 1954, à l’âge de 76 ans, il a vendu l’ensemble de son œuvre photographique à une banque d’images commerciale basée à Londres (la Mansell Collection). En conséquence, puisque Hoppé a photographié d’autres sujets tels que des paysages, des scènes de rue et des voyages exotiques, son travail a été perdu pour les historiens de la photographie car il a été classé par ‘sujet’ au milieu de millions d’autres images en stock. Il n’était donc plus accessible par auteur et la réputation et la renommée de Hoppé en ont pâti. Ce n’est qu’en 1994 qu’un conservateur d’art photographique a récupéré les œuvres dans les archives et a entrepris de constituer la collection complète de E.O. Hoppé.

Au sommet de sa carrière, qui a débuté vers 1907, Hoppé a occupé plusieurs maisons et studios à Londres. Son premier studio se trouve à Barons Court, puis en 1911 il déménage à Baker Street. En 1913, il loue une propriété à Cromwell Place, un immeuble de trente-trois pièces. Cette maison avait été la résidence et l’atelier du peintre préraphaélite John Everett Millais et fut ensuite occupée par l’artiste Francis Bacon.

Toutefois, en termes d’intérêt pour Charles Rennie Mackintosh, c’est la maison de Hoppé à Little Hedgecourt, près d’East Grinstead dans le West Sussex, qui est la plus intéressante. Il existe un document qui indique que Mackintosh a été chargé de concevoir une annexe à la maison (comprenant un studio). Ce travail n’aurait pas été réalisé ; cependant Hoppé aurait affirmé que certains travaux avaient été effectués selon les plans de Mackintosh. Cette affirmation n’a jamais été vérifiée et il n’existe donc aucune preuve permettant d’identifier et d’attribuer correctement les travaux à Mackintosh. Cela mis à part, il s’agit d’un lien intéressant entre Hoppé et les Mackintosh et cela explique peut-être pourquoi le photographe a capturé Charles avec son appareil en 1920. Le document mentionné montre que le travail de planification que Mackintosh a réalisé pour Hoppé est 1919 -1920. A cette époque Charles et Margaret auraient eu la cinquantaine (Margaret un peu plus âgée).

Les portraits en noir et blanc que l’on peut voir au centre d’interprétation de l’association CRM à Port-Vendres montrent certainement le couple dans ses dernières années et ne ressemblent pas aux images plus jeunes du couple qui sont plus familières. Pourtant, c’est ce qui leur ressemblait vraiment lorsqu’ils vivaient à Port-Vendres. La photographie de Charles est attribuée à Hoppé alors que celle de Margaret (qui était sa photo de passeport) ne l’est pas. Cependant, il semble possible que les deux photographies aient été prises par E.O. Hoppé. La documentation montre que le 19 février 1920, Mackintosh a reçu £6 de Hoppé comme « solde du travail proposé à East Grinstead ». Si l’on se souvient que les Mackintosh n’étaient pas très aisés à cette époque, il est possible que la photographie de Charles, prise par le célèbre photographe, l’ait été en partie en paiement des travaux réalisés par Mackintosh dans la maison du Sussex. Charles et Margaret ont déménagé dans le sud de la France peu après et bien qu’il n’y ait aucune preuve de cela (la photo de passeport que nous connaissons date de 1929), il est possible que Margaret ait utilisé la même photo lors de son voyage en France plusieurs années auparavant. Ce n’est qu’une spéculation, mais il y a une similitude notable dans le style et l’esthétique des photographies qui suggère qu’elles pourraient avoir été prises par le même photographe.

Pour voir la photographie du passeport de Margaret cliquer sur le lien ci dessous qui vous dirige sur le twitter du Glasgow Museums :

https://twitter.com/GlasgowMuseums/status/991936148229513226/photo/1

Et qu’en est-il des portraits eux-mêmes ? Personnellement, je suis attiré par eux pour l’honnêteté qu’ils véhiculent. Charles, vêtu d’un lourd manteau de laine et d’un chapeau, regarde directement l’appareil photo (et le monde). Pourtant, l’expression de son visage ne révèle pas grand-chose, on a l’impression qu’il s’agit d’une personne tournée vers ses propres pensées. Le jeune homme fringant aux cheveux bruns et à la moustache a disparu pour être remplacé par un homme du monde mûr, toujours aussi beau. Margaret regarde elle aussi directement vers la caméra, mais, contrairement à Charles, elle est plus facile à lire, son comportement affichant un mélange de force et d’appréhension.

Situés à Port-Vendres, où Charles et Margaret ont passé leurs dernières années ensemble, ces portraits revêtent une signification particulière. Les deux images (quel que soit le photographe qui a pris celle de Margaret) nous parlent de manière plus immédiate, ce qui n’est pas le cas des images plus anciennes. Alors que les images précédentes étaient ancrées dans un passé romantique, ces portraits appartiennent à l’ère moderne. Cela dit, ils témoignent toujours de l’histoire d’amour romantique mais réelle d’un couple uni dans la créativité et la dévotion l’un envers l’autre.

         Cathy Bell

Et retrouvez Cathy sur son site MYLASTBOARD en cliquant sur le lien suivant :

      https://www.mylastboa :rd.com/

Laisser un commentaire

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :